Gaëtan Viaris : portrait

Gaëtan Viaris propose deux aspects de la photographie, il offre au regard une technique fine et l’ouverture à un point de vue infiniment variable.

Entre 1984 et 1989, Gaëtan Viaris suit une formation en Image ‘filière photographique’ à l’université de Paris VIII (Saint Denis) et entreprend un travail de Maîtrise sous la direction de Jean-Claude Moineau intitulé ‘Pour une approche photographique de la sculpture’ d’après les analyses de Heinrich Wölfflin sur le problème spécifique du ‘point de vue’. A partir de la réflexion théorique que nous propose l’historien d’art sur le point de vue frontal, point de vue unique privilégié, le photographe, a contrario, nous soumet une multiplicité de points de vue qu’il a appliquée sur une ronde bosse représentant un groupe combattant Thésée et le Minotaure de Jules Etienne Ramey photographié au jardin des Tuileries.

Il retient délibérément le format 6x6, tant pour l‘élégance formelle du carré que par souci d’une qualité optima pour réaliser des tirages grand format d’exposition (100x100) sur papier baryté et reste fidèle à l’esthétique du noir et blanc argentique en résonance à cette formule d’André Malraux : « l’accent impérieux de la photographie »

Plus tard, il applique cette méthodologie de la multiplicité des points de vue sur la peinture qui, par effet de balayage visuel se présente tel un déroulement cinématographique. Ici il ne s’agit plus de tourner autour de la sculpture (cadre virtuel) mais bien de pénétrer ‘par effraction’ au sein même de la représentation picturale (cadre limite matérialisé) afin d’en dégager un ‘plan séquence cinématographique’ selon le principe du théâtre classique des trois unités (unité de lieu, unité de temps, unité d’action), montré ici sur un visuel de peinture baroque.

Gaëtan Viaris : Judith de Caravage
Gaëtan Viaris : Judith